À l’instar de nombreux sportifs de haut niveau, les personnes désireuses de performer dans leur disciplin, y compris les arts martiaux, ont tout intérêt à se tourner vers la pratique de l’hypnose ou de l’EMDR. Réflexe qui ne cesse d’ailleurs d’augmenter depuis quelques années, face aux résultats déjà obtenus et vérifiés par la neuroscience.


Renforcer les capacités physiques par l’hypnose

On sait aujourd’hui que l’esprit influence notre corps, notre santé. La force de l’inconscient est telle qu’en stimulant ce dernier, il est possible d’agir sur les sensations corporelles. Ainsi, l’hypnose permet d’activer les mécanismes d’autoguérison.

Elle améliore la gestion de la douleur, facilite la récupération musculaire, renforce les défenses immunitaires. Même le processus de cicatrisation peut être accéléré, favorisant alors le retour au sport après une blessure.

L’hypnose dite Ericksonienne est utilisée par de nombreux sportifs de haut-niveau pour mieux canaliser leurs émotions. Une technique complémentaire à l’hypnose appelée REINET, une variante de l’EMDR permet d’améliorer ces résultats de façon autonome (car il est vrai que le présence nécessaire d’un hypnothérapeute pour effectuer une séance peut-être contraignante).

En travaillant sur l’anticipation, on développe l’hypervigilance d’où un risque minoré de chute ou contusion. Un travail de visualisation favorise cette opération. L’hypnothérapeute apprend au sportif à se concentrer sur une image positive, rassurante et à l’intégrer mentalement.

Lorsque ce dernier se trouve en situation de souffrance musculaire, il va alors transposer cette image à l’endroit qui le fait souffrir, modifiant ainsi immédiatement la sensation. Il est même possible de réguler voire diminuer son rythme cardiaque avec un bon travail d’hypnose.

Utiliser l’hypnose comme un coach mental

La pratique de l’hypnose permet une meilleure gestion de la peur.
La crainte de l’échec, consciente ou inconsciente, est un des premiers facteurs de mauvaise performance.

Dans le sport, particulièrement, la peur des conséquences d’une éventuelle réussite incite le cerveau à poser des blocages pour ne pas avoir à affronter cette situation. On assimile trop souvent victoire à modification de comportement personnel, perte de l’environnement familial actuel, etc. Là encore, par un jeu d’imagerie de la réussite, l’hypnologue aide le sportif à se projeter dans la situation gagnante et la dédiaboliser.

L’athlète va alors sortir de sa zone de confort, prendre des risques, car il aura gagné en confiance. Rassuré par sa capacité à gérer une excellente performance, il va faire abstraction de ses doutes et peurs, et se concentrer uniquement sur la tâche à accomplir. C’est en ayant confiance en lui qu’il se transcende et améliore ses performances physiques.

L’hypnose pour gérer ses émotions

L’hypnose, en s’adressant à l’inconscient, libère des émotions limitantes. En compétition, la gestion du stress est primordiale. Dans une phase appelée motrice, l’hypnothérapeute aide à développer les sensations, les reconnaître et les ressentir.

Puis, toujours par un procédé de visualisation, il libère le sportif de tous les blocages qu’il se met. Il lui apprend à se focaliser sur ses objectifs et faire fi de tout autre facteur en prenant du recul sur une situation.

Le stress se transforme alors en un stimulant. Le sportif oublie provisoirement tout souci ou préoccupation qui perturberait son état mental et ses capacités physiques. Il passe outre son état d’esprit du moment et ne subit plus l’influence de tracas ou gênes. Désormais, il ne se nourrit plus que de sa détermination qui devient alors sans faille.