Certains aspects de l’entraînement à domicile sont spécifiques à un art martial en particulier, car chaque art martial requiert ses techniques particulières.

D’autres en revanche, qui impliquent la condition physique et l’endurance en général, sont susceptibles d’améliorer les performances dans la plupart des disciplines.

Voyons comment procéder, peu importe le sport de combat que vous pratiquez.

1) Établir des objectifs

Avant de commencer, déterminez exactement ce que vous voulez accomplir pendant vos séances d’entraînement à domicile. Si vous souhaitez améliorer votre capacité à exécuter des techniques bien spécifiques, la meilleure des procédures reste tout de même d’avoir bien analysé ces mouvements sur un expert de la discipline, avant que vous commenciez à le pratiquer de votre propre chef.

Si ce n’est pas possible, vous pouvez toujours étudier des vidéos sur YouTube et/ou des livres de perfectionnement. Bien que ces documents puissent fournir des renseignements utiles, ils ne seront pas en mesure de vous donner les feedbacks que seul un professionnel « en live » vous livrerait.

Il est fortement recommandé de passer du temps à s’entraîner avec un bon entraîneur ou un bon professeur pour apprendre la forme et la technique appropriées ainsi que les principes qui sous-tendent l’art que vous étudiez.

Pour ce qui est de votre entraînement à domicile, déterminez si vous voulez améliorer votre force, votre vitesse, votre endurance, votre flexibilité ou tous ces aspects-ci à la fois.

2) Apprendre à chuter

De nombreux arts martiaux, y compris le jujitsu, l’aïkido, le judo et l’aïkido, inculquent l’importance d’apprendre à chuter en toute sécurité.
C’est quelque chose que vous pourriez vouloir travailler à la maison, procurez-vous alors un tapis ou anticipez avec la mise en place d’une surface molle sur laquelle vous pourrez vous entraîner à tomber et à rouler en toute sécurité.

3) Apprendre à frapper

Les arts martiaux un peu plus « durs » comme le karaté et le tai quan do mettent l’accent sur les techniques de frappe. Un sac lourd accroché au plafond ou à une branche d’arbre à l’extérieur peut être un atout essentiel dans le développement de vos capacités à donner des coups de pied et des coups de poing. D’autant plus que le sac de frappes est excellent, et pour la puissance, et pour le cardio.

Vous pouvez tout aussi bien vous entrainer avec une poire de vitesse pour augmenter la vitesse et la coordination de vos mains. De nombreux pratiquants d’arts martiaux considèrent que l’entraînement musculaire de base est essentiel à leur succès. Des exercices de CrossFit ou de musculation ciblant les muscles du haut et du bas du corps pourront améliorer considérablement votre performance, à condition que vous mainteniez votre flexibilité en vous étirant régulièrement.

4) Pratiquez la respiration

Des techniques de respiration appropriées sont cruciales dans les arts martiaux, c’est le cas en Aïkido.

Sans ces dernières, vous allez vite vous fatiguer une fois sur le tatami. Pratiquez une respiration profonde et efficace en déplaçant consciemment votre diaphragme vers l’intérieur et l’extérieur.

Votre abdomen, et non vos pectoraux, devrait s’agrandir durant l’expiration et se contracter à chaque expiration. Ceci dans le but d’apporter plus d’air, plus profondément dans vos poumons. Cette technique se veut bien plus efficace que de prendre de petites respirations superficielles en « soulevant » le haut de la poitrine.

Inspirez ainsi tout en vous déplaçant et préparez-vous à exécuter une technique. Entraînez-vous à expirer lorsque vous vous exercez, par exemple en frappant, en donnant des coups de pied ou en effectuant des prises sur un adversaire réel ou imaginaire. Bref, ayez le réflexe de prendre conscience de votre respiration tout en pratiquant, même si ce n’est pas chose aisée.

5) Trouvez un partenaire d’entraînement

Les arts martiaux sont, par définition, des activités sportives qui impliquent de facto une interaction entre les différents combattants.
Vous pouvez améliorer votre condition physique générale et améliorer votre technique en pratiquant seul à la maison, mais vous devrez forcément avoir recours à la pratique de vos techniques sur une autre personne à un moment donné.

Si vous avez une licence dans une école d’arts martiaux ou dans un dojo, ce n’est pas vraiment un problème, vous avez assez de pratique en travaillant avec les autres membres du club.

Mais si vous vous entraînez seul à la maison, vous pourriez bien avoir besoin de trouver quelqu’un qui partage votre passion, même s’il n’est pas aussi compétent que vous (ou inversement).

Bien que loin d’être idéale, la pratique au ralenti d’une manière contrôlée (et sécuritaire) des techniques sur quelqu’un qui accepte de servir comme cobaye vous aidera à identifier les problèmes avec vos mouvements.